"Ah tu fais du dessin" 

Numéro 4, Soleil Levant

"Une publication réalisée par des étudiants (ceux de l’École des Beaux-Arts de Saint-Etienne) pour mettre en lumière le travail de leurs homologues dans l’hexagone, c’est l’objectif affiché par Ah, tu fais du dessin ?.

Les pages du numéro sont réparties en 7 parties : Off (projets d’étudiants de l’ENSCI, Duperré ou encore des Arts Décoratifs de Paris), Workshop, Posters, Initiatives étudiantes Biennale, Teaser, In/Off et Céramique.

Un sommaire riche qui permet de donner de la visibilité aux travaux entrepris dans les écoles d’art et de design en France, de créer des connexions entre les étudiants, mais aussi avec un public moins averti." Charles Loyer, Etapes.

1465294642.jpg
1465294607.jpg

Interview, Par Salima Zahi, le 22 Avril 2016

 

Présentes toi en quelques mots. 
Je suis Léa, j’ai 22 ans, je viens d’Alsace, de Mulhouse, je vis à Saint-Etienne avec une harpe et beaucoup de bazar. J’ai été dans une école Waldorf à Colmar de mes six ans jusqu’à la première, j’ai ensuite passé un bac littéraire avec les options arts-plastiques et musique en 2013, et c’est en Octobre de la même année que je suis arrivée à l’école. 


Tu es maintenant en 3ème année Art, qu'est-ce que tu as retenu de tes deux première années dans cette école ? 
J’ai impression qu’en arrivant à l’école j’étais une enfant, quelque part, j’avais un regard naïf, je découvrais tout. C’est toujours le cas, mais, je vois comment mon travail à évolué, comme du petit carnet,  passer à des formats tendant à s’aggrandir, aussi, comment mon regard change.


Comment ta pratique s'est développée ? 
J’ai été depuis mon enfance dans une école où nous faisions du dessin, de la peinture, du modelage, de la musique, du jardinage,  nous avions des cours d’esthétique etc. J’ai toujours dessiner. Je crois qu’il y a eu les dessins que je faisais dans le train, chez moi le soir, je remplissais des carnets. A l’école j’ai continué à en faire. J’ai été amené à faire des sculptures en céramique, en polystyrène peintes, des éditions, des gravures, des peintures, mais je reviens toujours au dessin (pour le moment).


Q’uest ce qui t'intéresse en art ? 
Cette possibilité de liberté, pouvoir oser, pouvoir exprimer quelque chose, ce que je n'ose pas dire... que je ne sais pas dire,  je n'ai pas de réponse concise.


As tu eu des expériences qui ton particulièrement enrichi ? J’ai beaucoup aimé l’expérience des expositions du cours de volume, le Foyer en première année, le Foyer II, l’an dernier, voir le montage d’une expositions avec soixante-dix étudiants soixante-dix travaux à placer. Aussi, l’an dernier, dans le cadre du cours de volume et de gravure, faire un livre avec, comme unique outil, une photocopieuse. Ce fut l’occasion de faire des centaines de photocopies. Cela m’a beaucoup amusée. Des photos découpés posées sur des gravures, elle-mêmes posées sur un de carnet etc, cela permettait de faire des montages, pour aboutir à une suite qui ait du sens, un rythme. 
Quels sont tes aspirations ? Que mes recherches, que ce soit en dessins, en peinture, évoluent encore, aboutissent encore vers d’autres choses, petits pas par petits pas. 


Y a t'il des évènements, rencontres qui t'ont marqué ? Je dirais surtout des lectures, et expositions. Je pense à l’exposition Chaim Soutine à l’orangerie, d’octobre 2012 à Janvier 2013 qui m'a beaucoup marquée, ou encore dernièrement au Kunstmuseum de Bâle, à un petit tableau d' Alexej von Jawlensky de  1890 où est représenté sa mère, assisse à table, qui semble tricoter tranquillement. 
C'est un tableau que j'e trouve très beau. Il y a une lumière qui vient de la gauche du tableau et qui éclaire une partie de la scène, la table, les objets d'intérieurs, la mère reste dans l'ombre.  C'est un tout petit tableau, la représentation du visage est très fine, et en même temps, au premier plan, il y a des touches plus épaisses de marron, gris, vert de gris, noir, agencés les unes avec les autres. C'est presque les tâches d'une palette d'un peintre, mais à l'arrière il y a cette minutie d'un petit personnage représenté.


Parles moi de tes projets, de tes dessins. 
Jusqu’en février j’ai travaillé sur une série de monotypes couleur, une face était au rayon de couleur l’autre à l’encre off- set. En ce moment je travaille sur des grands dessins de forêt (300cmx260cm), au crayon de couleurs, je recherche une immersion dans le dessins et ses couches, un rapport frontale à la surface. Par, d’abord, l’amoncellement de traits je cherche à arriver à une nécessité du trait par rapport à la forme. Je travaille aussi sur un dessin de mon père qui dort, composé de plusieurs dessins. Il faisait sa sieste. 


Tu fais partie de l'association Brêche, nous vous avons interviwé dans le journal N3, peux tu nous en dire un peu plus. Nous continuons d’organiser ces expositions, nous sommes ravies des propositions qui nous sont faites à chaque nouvel appel à projet, qui tendent de plus en plus à penser, investir les lieux d’expositions que nous proposons. Avec, de plus en plus des temps d’écoute, pour des lectures, des performances etc. 


Quelles sont tes ambitions pour plus tard. 
Pour plus tard... je ne sais pas trop encore, j’aimerai continuer à pouvoir travailler sur ce qui me plait. 

Salima Zahi, Léa Rosenfeld

Ah tu fais dessin:

https://www.instagram.com/ahtufaisdudessin/?hl=en

https://ahtufaisdudessin.bigcartel.com/

die_mutter_des_knstlers.jpg

Alexej von Jawlensky

"La mère de l'artiste' (1890)

huile sur toile, 18 x 24 cm

Kunstmuseum Basel